MENU
Vaud
-
Bio
1.0 pièce(s)

CHF 52.-

Description
*Ce coffret contient:* * Sirop Menthe Poivrée 3.5dl * Infusion Après-Repas 40g * Chocolat Menthe Poivrée 90g * Chocolat Verveine Citronnée 90g

Produit par

Jardin des Monts, Rossinière

En décembre 2004, le vieil alpage se vit offrir une seconde vie lorsque l’ensemble du domaine, pâturages et bâtiments, fut racheté par Pierre Landolt. Tombant sous le charme des lieux, ce dernier souhaita y développer un projet pilote de type agricole dans le but d’explorer les diverses alternatives à l’abandon des alpages de moyenne montagne. Bien vite, il s’associa à Charlotte Landolt-Nardin, Laetitia Jacot et Jean-Philippe Blum qui prirent en charge toute la partie agricole.

En 2006, à leur arrivée, la terre n’avait pas été cultivée depuis plusieurs dizaines d’années. Les anciennes cultures en terrasses étaient retournées à l’état de pâtures sauvages. Le Jardin des Monts fut ainsi créé sur un lieu où la nature avait repris tous ses droits.

La première année fut une année d’expérimentation. Sur trois parcelles différentes, ils ont installé une vingtaine d’espèces et effectué des tests de cultures et d’adaptation. Encouragés par les bons résultats obtenus, ils ont décidé la création du Jardin des Monts.

Les premières cultures furent installées à proximité du chalet. La parcelle en question est constituée d’une terre relativement profonde et riche, dotée d’une pente moyenne et d’une exposition plein sud. Afin de lutter contre l’érosion, ils ont préféré suivre les courbes de niveau et créer de petites terrasses filant sur le flanc du pâturage.

Dès le printemps 2009, ils ont pu installer des cultures sur les anciennes terrasses, leurs murs de pierres sèches étant restaurés.
Pour cela, ils procédèrent à la restauration d’une partie des anciennes terrasses en pierres sèches afin d’y installer des cultures de plantes aromatiques et médicinales et portèrent leur choix sur un troupeau de chèvres pour lutter contre l’embroussaillement du pâturage. Une manière aussi, de faire revivre l’histoire du chevrier de Rossinière et de ses habitants, encore aujourd’hui appelés les pétolets.

Conjointement, d’importants travaux de restauration furent entrepris sur le chalet du Mont-Dessous. Notamment la toiture qui fut entièrement refaite en tavillons.

Un peu d’Histoire :

L’Alpage du Mont-Dessous fut construit au milieu du XVIIIe siècle. En 1836, M. Antoine Rössli, lucernois, le racheta et le rebâtit en 1857 selon le modèle des chalets de l’Entlebuch. Cela lui conféra l’architecture inhabituelle qu’il garde encore aujourd’hui. Les premiers plans cadastraux de 1845 montrent une maison d’habitation, une étable, un fenil et déjà un jardin de 24 toises (1 toise = 1.80 m).

Ses habitants y vécurent dès lors à l’année et cela jusque dans la première moitié du XXe siècle. Le fait d’hiverner sur l’alpe était très rare dans la région ; tous les paysans avaient alors une ferme au village où passer les longs mois d’hiver. Un volume de grange impressionnant abritait la réserve de foin pour l’hiver (toute une partie du pâturage était alors réservée aux prés de fauche). Les étables étaient adaptées à l’affouragement hivernal et donc munies de crèches. Sous le chalet, une quinzaine de terrasses en pierres sèches témoignent de la présence de cultures (sans doute jardins potagers et cultures de céréales). On note également un four à pain se trouvant au sous-sol du bâtiment.

Générations et propriétaires se succédèrent jusqu’en 1962, date à laquelle la Commune décida de racheter la propriété. Peu à peu les vaches furent remplacées par des génisses. Puis les génisses firent place à un troupeau de moutons qui ne faisait que passer sur les lieux avant de rejoindre les crêtes. Les bâtiments furent laissés à l’abandon, subissant la dégradation du temps. L’absence de route fut toujours un frein à l’exploitation de cet alpage.